E-commerce Foulanzam, la startup de Moussa Moudy livre 40 commandes par jour

Please follow and like us:

Après ses études secondaires au complexe scolaire Eau-vive de Niamey, Moussa Moudy, bénéficiaire d’une bourse marocaine, s’est inscrit à la faculté des sciences de l’Université de Casablanca à la rentrée académique 2010-2011. Sorti titulaire d’une licence en Mathématique-Informatique, il reviendra, trois années plus tard, poursuivre ses études de Master en Réseau-télécommunication à l’école IPM de Niamey, avant de retourner au Maroc pour un 2ème Master, cette fois-ci en Assurance-Finance.

Le parcours du jeune nigérien de 27 ans sera ensuite couronné de plusieurs certifications en des disciplines connexes à ses formations comme la finance islamique ou le marketing digital. Moussa a aussi réussi à allier ses études à la vie associative. En effet, du militantisme à des responsabilités, il parviendra jusqu’à présider la structure des ressortissants nigériens à Casablanca, en 2013. Il est aujourd’hui promoteur d’une société d’e-commerce dénommée Foulanzam basée à Niamey, qu’il a lancée il y a moins de deux mois. Lisez dans cet entretien inédit avec ECOSTARTUP, les détours et les contours de son challenge !  

Le e-commerce ne relève pas directement de vos compétences selon votre profil. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a inspiré à vous y intéresser ?

Ce qui m’a beaucoup plus poussé à aller dans ce sens, c’est le développement du numérique. Je me suis rendu compte que le digital devient, de plus en plus, incontournable. Et généralement ceux qui réussissent le mieux ce sont ses pionniers.

L’idée est née à la fada. On devait payer à manger, mais sans vouloir interrompre l’ambiance de retrouvailles qui nous emballait. « Si seulement on pouvait commander et se faire livrer comme ça se fait ailleurs ? » : ce fut un sujet intéressant de plus, discuté avec des amis, ce qui m’a fait méditer. « Pourquoi pas moi ? », me suis-je dit.

Et, comment êtes-vous parvenu à réaliser cette idée ? 

Nous voulions une application fonctionnelle « made in Niger ». Nous avons ainsi fait appel à des jeunes développeurs nigériens, qui ont réalisé la plus grande partie. La question de financement a été une préoccupation majeure dans le projet, comme chez la plupart des startupers. Mais, de gauche à droite, avec surtout le soutien des parents, on a pu surmonter cette difficulté, créer la plate-forme Foulanzam depuis janvier 2019 et procéder à son lancement le 1er juillet de la même année à l’occasion de mon 27ème anniversaire.

Parlez-nous de la plate-forme. De quoi s’agit-il concrètement ?     

Le concept Foulanzam ou repos (en langue zarma) est une plateforme nigérienne d’e-commerce en deux formats : un site web et une application mobile téléchargeable sur Play store. Depuis son smartphone ou son ordinateur la personne a accès aux produits disponibles sur le marché de la ville de presque toutes les catégories : alimentation générale ; restauration ; matériaux et accessoires électroniques ; hydrocarbures (gaz) ; et articles de mode. Nous avons aujourd’hui une quarantaine de partenaires catalogués sur la plateforme. Le client peut choisir l’heure de la livraison et le mode de paiement. Au-delà du catalogue, il est possible, à travers le centre d’appel de Foulanzam, de choisir d’autres fournisseurs donnés.

Quel a été votre challenge et où en êtes-vous aujourd’hui ?

En réalité, il s’agit de mettre en valeur particulièrement les produits locaux, en les rendant beaucoup plus accessibles. A moins de deux mois de lancement, la startup couvre entièrement la ville de Niamey. Pour le seul premier mois, Foulanzam a livré environ 800 commandes. On est actuellement sur un rythme de 40 commandes par jour. Nous travaillons avec une dizaine d’employés directs et disposons de 5 motos à deux roues, trois tricycles et une fourgonnette. Il nous fallait optimiser la performance sur la gestion du matériel. Quelle que soit la distance, à la limite de ce qu’une moto à deux roues peut transporter, la livraison est à 1000 Fcfa. Le prix hausse lorsqu’il s’agit d’utiliser de tricycle ou la fourgonnette. Le mode de paiement est par mode visa, MasterCard ou simplement en espèces directement à la livraison. 

Quelles sont vos ambitions ?               

Mon rêve est de faire de Foulanzam l’Amazone africaine qui contribuera à valoriser et à exporter les produits nigériens. Nous commencerons par saisir le marché de tous les horizons du pays. Ensuite, nous comptons nous implanter dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. D’ores et déjà, la plateforme gère aussi des commandes des régions du Niger et de la diaspora qu’on livre via les compagnies de transports.

Très bientôt, nous allons lancer la carte de crédit Foulanzam. Cette innovation permettra à nos clients de faire des achats avec cette carte à travers la plateforme. Cela facilitera davantage les transactions.  

Votre mot de fin ? 

Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour lancer mon appel à l’endroit de la jeunesse de prendre conscience, d’être audacieuse et de persévérer dans l’entreprenariat.     

Please follow and like us:
A propos de Ecostartup 39 Articles
ECOSTARTUP est le diminutif de «ECOSYSTEME des STARTUP ». C’est le 1er blog nigérien dédié à l’actualité Start-up en Afrique. Ecostartup se focalise sur l’environnement entrepreneurial et les grandes idées pouvant changer le monde.

1 Comment

  1. Félicitations.Investir dans la jeunesse c’est assurer un lendemain meilleur à nos pays. Aidons les à libérer leurs Génie et une relève de qualité propulsera nos pays au rdv du futur.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*