« FAKE NEWS », QUESAKO?

Hallo mein dear,

Je suppose que tu as déjà entendu parler de cette expression qui fait du bruit dans l’actualité. Mais connais-tu seulement tous les tenants et aboutissements des Fake News !!!.  Je me donne pour mission aujourd’hui de répondre à toutes les questions que tu te poses sur le sujet et de te faire comprendre les points les plus importants sur ce sujet et surtout, le danger du contenu derrière les titres accrocheurs.

3 – 2 – 1 TOP c’est parti: « Fake news », QUESAKOOOOO ?

 

« Fake News » : étymologie

Je vais commencer en douceur avec un peu de culture générale. Il faut savoir ici que la belle langue de nos cousins les anglophones fait une différenciation entre false et fake. False signifie – si je ne dis pas de bobards – « faux » et sous-entend la notion d’erreur. Et fake, signifie « truqué » et sous-entend l’intention d’induire en erreur.

Voilà pourquoi on parle dans certains cas de désinformation lorsque l’on est confronté à un fake new ; on sait obligatoirement qu’il y a derrière une tentative de dissimuler quelque chose. Ce qui rend le problème plus grave encore pour une personne lambda. Personnellement, je trouve que la séparation qui existe entre une simple erreur et une intention de tromper est aussi grande que la distance Terre – Lune.

Ce mot prend une véritable ampleur dans nos vies. Il se permet même de s’immiscer dans nos conversations de tous les jours et dans nos meilleurs amis les téléphones. Mais sache une chose, elle est certes très utilisée aujourd’hui mais cette expression représente un concept qui existe depuis fort longtemps.

 

Fake News, ça vient d’où ?

Les fake news (ou aussi appelé intox, infox ou même dans certains cas hoax) sont des informations délibérément fausses. Elles émanent d’un ou plusieurs individus par le biais de médias non institutionnels tels que les blogs ou réseaux sociaux. Mais aussi d’un homme d’État ou simplement d’une entité ou d’un individu avec une forte audience. Le terme a été popularisé par le président des USA, Donald TRUMP, en réponse aux attaques des médias qu’il « accusait de propager » de fausses informations afin de lui nuire.

Cependant, l’histoire de France nous raconte que la reine Marie Antoinette a été victime de la même chose afin de mieux  l’accabler.

Elles participent à des tentatives de désinformation, que ce soit via les médias traditionnels ou via les médias sociaux, avec l’intention d’induire en erreur dans le but d’obtenir un avantage financier, politique ou simplement sur la notoriété.

Elles se propagent surtout par le biais des réseaux sociaux dont les utilisateurs ne sont pas soumis à la déontologie journalistique. Notamment la règle du fact checking (je reviendrai sur cela un peu plus tard). Cela permet à certains de véhiculer impunément de grandes quantités de fausses informations.

 

Fake News, ça ressemble à quoi ?

Les articles de fake news emploient souvent des titres accrocheurs ou des informations entièrement fabriquées en vue d’augmenter le nombre de lecteurs et de partages en ligne. Les informations qui y sont véhiculées touchent aussi bien les politiques et les stars que les faits de sociétés courants.  Il arrive aussi que les informations soient véridiques. Mais qu’une personne – mal intentionnée ou ignorante – modifie un message en y insérant une contrevérité avant de le partager.

 

Pourquoi certaines personnes ont un avantage à créer et relayer de la fausse information ?

Voici l’une des questions que les plus las d’entre nous ne cessent de se poser. Pour avoir la réponse à cette question, on va se mettre en situation.

Supposons que fasse, sur les réseaux sociaux et internet, l’apparition d’une information accusant Facebook Inc. Le géant du net aurait chaleureusement partagé nos informations avec les services secrets russes. Qu’il s’agisse d’une information véridique ou d’un intox, les boss du géant d’internet vont avoir des sueurs froides pendant un bon moment. La société va perdre de la valeur en bourse et ceci mon ami est clairement inadmissible pour eux.

.

Par chance, si une publication virale faisant les éloges de Facebook circulait sur internet. Par exemple, un don de la société de 1000 milliards de dollars US pour lutter contre la faim en Afrique, l’entreprise verrait sa valeur augmenter considérablement. Les internautes penseraient qu’utiliser la plateforme leur donneraient le moyen de participer indirectement à la résolution de ce problème.

.

Tu l’auras sans doute compris, les fake news peuvent servir à nuire un concurrent dans le monde du business ou bien faire ses affaires. Figure-toi que cette façon de faire est valable pour pleins d’autres choses. Rappelle-toi des élections présidentielles des Etats Unis d’Amérique en 2016. Il y a eu un certain nombre de divulgations sur la candidate Clinton. Ce qui, pour beaucoup, a fait pencher la balance vers l’actuel président même si tout ce qui a été dit n’a pas pu être vérifié.

Même si dans ces deux situations, les intentions des lanceurs d’intox peuvent être justifiées, il arrive assez souvent que l’on ne connaisse pas les motivations qui sont derrière les autres cas.

 

« Dans le monde de la finance, des rumeurs (positives ou négatives) par exemple sur Facebook Inc. peuvent lui donner ou lui faire perdre de la valeur. C’est le même problème dans le monde de la politique. Où les potins, peuvent donner la victoire à une élection ou faire tomber en disgrâce. »

 

Pourquoi il est si difficile de rétablir la vérité sur une fausse information.

Déjà il faut savoir que les instigateurs du fake news ne vont pas se raviser ou faire une publication pour s’excuser. Il est également assez peu probable qu’ils partagent le démenti. De ce fait, la chaîne de diffusion se voit réduite de beaucoup de maillons.

Les organismes de presse habilités à faire passer les informations fiables sont malheureusement pas assez suivis. De plus, les articles de démenti ne sont pas faits dans le but d’obtenir des likes et des partages, alors ils ne sont pas si attractifs pour ces gens friands de potins. C’en est à croire que la vérité n’intéresse pas.

Logo de Africa Check

 

Clique sur le lien pour visiter le site, surtout la page conseils et recommandations.

 

 

 

Comment échapper aux fake news ?

Bonne nouvelle !!! Face aux informations toutes faites, il existe des contre-mesures. Il est temps d’introduire le concept de fact checking. Le fact checking est encore une expression anglaise signifiant vérification ou contrôle des faits. A ton niveau, on va plutôt parler de confirmation des faits. Et cela consiste à prendre de bonnes habitudes. Et elles sont toutes simples voir même évidentes et basiques. Parmi elles nous avons :

  1. Penser à encourager un certain esprit critique envers les sources d’informations : ne pas prendre toute information reçue comme parole absolue peut aider quel que soit le domaine. Le seul fait de se dire : « Cette info n’est pas sûre » peut te mettre sur la bonne voie pour ne pas te faire avoir.
  2. Penser à vérifier les infos reçues : lorsque quelque chose est vraie quelque part, cela le reste partout; alors que lorsqu’une information apparaît sur les réseaux sociaux ou les blogs que tu suis, si elle est vraie elle devrait apparaître partout sur internet. Bien sûr, pas écrit de la même manière mais avec le même contenu et cela quel que soit la langue.
  3. Penser à rechercher des informations complémentaires : une information authentique a forcément une cause ou un historique quelque part dans ce monde. Alors avec un minimum de recherche tu peux déceler le vrai du faux. Un outil basic tel que Google aide beaucoup même quand le sujet porte sur un thème que tu ne maîtrises absolument pas.

.

Lors de tes recherches, privilégie les informations provenant de sources sûres telles que les sites d’informations reconnus et fiables ainsi que les médias professionnels. A défaut, vérifie si les informations à ta disposition (souvent images et vidéos) ne sont pas détournées de leurs sens premiers ou retouchées. En faisant une recherche globale ou sur des sites spécialisés #FactChecking tout ceci est très facile. Il est important de préciser que les véritables organes de presse et d’informations ont une déontologie. Ce principe les empêchent de publier des informations qui ne soient pas au préalable vérifiées.

 

L’ampleur du problème est telle que Facebook se lance dans la guerre contre les Fake News. Heureusement, celle-ci ne fait couler que de l’encre. Le géant d’internet s’est associé à un certain nombre de site de vérification de l’information à travers le monde. Avec lesquels il met en œuvre différentes stratégies sur ses plateformes facebook et whatsapp.

Comment repérer un « Fake News » – infographie

 

Pourquoi les gens n’attendent pas de voir plusieurs sources avant de propager les données ?

La réponse de manière élémentaire est : « Réseaux sociaux ». Avec l’expansion de ces derniers, beaucoup de gens sont dans la course à la dernière grande nouvelle ou au dernier grand potin. Cette pratique est intéressante lorsqu’il s’agit des stars et people pour les ados mais devient vite problématique lorsqu’il s’agit de faits de société importants. 

 

Exemples du danger que les fake news représentent.

Les fakes news sont un fléau trop négligé par les masses. Ils peuvent donner de mauvaises habitudes et enlever les bonnes ; soulever des masses et instaurer la psychose ; pousser à l’ignorance et au crime. Souvent les gens se plaignent des intox sur facebook en oubliant que le « réseau social » qui leur permet le plus de proliférer en Afrique est Whatsapp. De plus sur la plateforme de messagerie, les sources sont tout bonnement absentes; ce qui donne lieu à des messages dont l’origine est assez difficile à remonter.

D’ailleurs, c’est le cas aussi en Inde, où un grand nombre de partage a provoqué une vague de lynchage sur une vingtaine de personnes sur l’ensemble du territoire.

Clique sur l’image pour atteindre le post online du journal le Monde qui en parle.

Le problème des intox est tel que la France veut aider sa population par décret. Retrouve des articles qui en parlent  ici, ici et ici.

 

 

« Ce n’est pas tellement que la menace a changé, mais elle a évolué avec la technologie avec les réseaux sociaux elles sont amplifiées, peuvent être sponsorisées et devenir massives…
Elle est bel et bien active. C’est un poison lent qui détruit notre crédibilité. Qui abîme notre vie démocratique »
Françoise NYSSEN, ministre de la Culture, France

 

.

Le fact checking est un peu comme un médecin après la mort. Il intervient pour rectifier les intox lancés après qu’elles aient parfois déjà fait leurs dégâts. Alors comment faire pour agir plus vite dans un monde numérique où les données sont créées par milliard à la minute. Pis tout le monde peut y avoir accès sans restriction aucune.

Cet article, c’est avant tout pour casser l’engouement et la prolifération des fausses nouvelles. Faisons attention à ne pas en créer. Alors partage-le à tous tes amis pour aider et si tu n’es pas convaincu par les réponses données ici; alors utilise une des solutions de vérification pour les confondre dans l’espace commentaire. Comme dirait l’autre : rien n’est vrai, tout est permis.

Et toi tu en penses quoi ?

Dakar, SENEGAL
Septembre 2018

Be the first to comment on "« FAKE NEWS », QUESAKO?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


error

Enjoy this blog? Please spread the word :)