Made in Niger: INES, la startup qui fait du thé 100% naturel à base des vertueuses feuilles de moringa

Please follow and like us:

« Infusion moringa », c’est le nom de la marque de thé 100% nigérien à base des feuilles de moringa, à l’actif d’une femme de 33 ans, en avant-garde de la valorisation des produits du terroir. Mère de 4 enfants dont l’ainée Inès à qui elle dédie le nom de son entreprise,  en dehors du volet couture, Mme Ibrahim Azima transforme des matières locales en produits d’agro-alimentaire et de cosmétique. Basé à Niamey, en générale le Groupe INES prône la consommation d’une trentaine de variétés des produits étalés à sa boutique et d’autres en dépôts chez les géants du commerce général, comme Dan Takoussa. La faible industrialisation dans la transformation au Niger est une réalité qui n’exclut pas sa startup mais, l’abnégation d’Azima la maintient sur son cap à développer largement son business.

Elle brandit le thé « Infusion moringa » comme son produit phare sur ce marché inondé, de part et d’autre, des thés importés d’Asie sous des emballages personnalisés et mêlés aux noms des grossistes nigériens. L’infusion est assaisonné du gingembre; de la menthe; du citron et du clou de girofle. Son thé est réutilisables jusqu’à 3 fois. C’est là, l’un des procédés de transformation dont Azima s’est imprégnée au Nigeria et dont l’évolution à travers l’internet. Elle se réjouit bien de son marché. « J’ai même des clients fidèles, à qui je fais souvent de réduction. Le paquet est vendu à 1500 FCFA  et contient 12 sachets. Le prix semble élevé, mais il aurait pu être de l’ordre de 250 FCFA n’eut été le cout exorbitant de l’emballage », explique la transformatrice. Selon Mme Ibrahim Azima, hors mis les sachets d’emballage (200 unités à 20 000 FCFA), l’unité du paquetage lui coute 200 FCFA. Ils lui proviennent depuis la Chine. La rentabilité est de moindre, mais la jeune entrepreneure envisage de vulgariser son thé vertigineux et le rendre plus accessible en optimisant ce lourd cout d’emballage. Ou alors, elle devrait continuer de se contenter de ses autres divers produits pour se faire globalement bon chiffre d’affaires.

Mme Ibrahim Azima a créé Groupe INES en 2013, après 4 années dans l’enseignement contractuel. Elle a commencé avec le salon de coiffure, ensuite l’atelier de couture avant de s’ouvrir à l’agrobusiness. « Au salon j’utilise mes produits cosmétiques naturels. J’en fais avec de l’argile; des feuilles; d’huile de coco; l’huile rouge; des plantes comme l’acacia. Ce sont des produits sans effets secondaires. Et Depuis 2013 aucune de mes clientes ne s’en est plainte », mentionne la promotrice. Dans l’agro-alimentaire, elle transforme des céréales tels que: mil, mais, sorgho; des feuilles et des fruits. « Je fais des farines infantiles, des couscous, du moringa précuit etc. J’ai commencé avec trois variétés, aujourd’hui je fais une trentaine. Je transforme en moyenne deux sacs de céréale par jour. Mais tout dépend de la demande. Quand il y’a des foires j’en fais beaucoup plus »

Le groupe INES emploie 7 personnes et la promotrice, Mme Ibrahim Azima organise des séances de formation en transformation et coiffure pour aider d’autres jeunes filles et femmes à lui emboiter le pas. Du reste, son cri de cœur appelle à la valorisation des produits « made in Niger » en ébullition.                

Please follow and like us:
A propos de Ecostartup 39 Articles
ECOSTARTUP est le diminutif de «ECOSYSTEME des STARTUP ». C’est le 1er blog nigérien dédié à l’actualité Start-up en Afrique. Ecostartup se focalise sur l’environnement entrepreneurial et les grandes idées pouvant changer le monde.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*