Semaine Africaine des Sciences au Niger: La présence africaine sur la scène scientifique mondiale au centre des réflexions

Please follow and like us:

La communauté scientifique célèbre à Niamey, depuis le mardi 12 Décembre 2018, la Semaine Africaine des Sciences, organisée par l’Institut Africain des Sciences Mathématiques (IASM), par le biais de Next Einstein Forum (NEF). Présidée par le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, M. Yahouza Sadissou, représentant le Premier Ministre SE Brigi Rafini, parrain de l’événement, la cérémonie du lancement s’est déroulée au Palais des Congrès de Niamey, en présence de plusieurs membres du gouvernement.
La participation de l’Afrique dans la marche vers le progrès scientifique est une inestimable contribution souvent oubliée ou marginalisée sur la scène mondiale. Elle est pourtant sans cesse renouvelée. Cet événement, qui concerne 35 pays africains, tâche, d’une part, de faire découvrir des recherches scientifiques et technologiques avancées par nos éminents chercheurs et, d’autre part, de susciter une curiosité d’apprentissage et d’intérêt pour les Sciences, les Technologies, les Ingénieries et les Mathématiques (STIM) chez les jeunes en particulier, dans une culture d’excellence. L’année passée, ils étaient 13 pays. Cette année 2018, ils sont 35, et d’ici 2020 le programme espère s’étendre sur l’ensemble des 54 pays que compte le continent.
Les activités entrant dans le cadre de cette semaine au Niger, sous la coordination de Mlle Halimatou Hima Moussa, ambassadrice du Next Einstein Forum, sont diverses et variées. En effet, dans ce programme, il est prévu une journée spécifique autour de la « femme et sciences », placée sous le parrainage de la première Dame Hadjia Aissata Issoufou, elle-même une scientifique. Il y’aura également des colloques multidisciplinaires (à l’université Abdou Moumouni et à l’université de Zinder), des séminaires, des expositions « village de la science » au Centre National de l’Energie Solaire (qui mobiliseront plus de 3000 élèves). De plus, prendront part à des travaux pratiques avec nos doctorants des chercheurs venus de l’Afrique du Sud, du Nigéria, de la Gambie, de la Somalie, de la Grande Bretagne et ceux de la diaspora nigérienne.
Lors de la première journée, c’est aussitôt finie la cérémonie d’ouverture qu’un panel sur la recherche scientifique a été animé par des enseignants-chercheurs du Niger, ainsi que le Directeur Exécutif de l’AISM venu du Sénégal. Ensuite, dans l’après-midi, l’Ecole Supérieur des Télécommunications a abrité la série de démonstrations et de discussions sur les nouvelles technologies pour l’éducation.

Cette initiative, explique l’ambassadrice du NEF Mlle Halimatou Hima Moussa, entend faire des pays africains des acteurs incontournables dans la marche vers le progrès. Un progrès, estime-t-elle, dont la vitesse pourrait être accélérée par l’avènement de la quatrième révolution industrielle : celle du numérique. Dans ce sens, les ambitions du Niger sont contenues dans son programme des « villages intelligents » et l’Initiative Niger 2.0. Cependant, « ce Niger dont nous rêvons, nous pouvons, devons et allons le bâtir tous ensemble en donnant le meilleur de nous-mêmes chaque jour », a lancé la jeune doctorante de l’université de Cambridge, Mlle Halimatou Hima Moussa.

 

Please follow and like us:
A propos de Ecostartup 39 Articles
ECOSTARTUP est le diminutif de «ECOSYSTEME des STARTUP ». C’est le 1er blog nigérien dédié à l’actualité Start-up en Afrique. Ecostartup se focalise sur l’environnement entrepreneurial et les grandes idées pouvant changer le monde.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*